Horizons Lointains

Préparatifs

L’idée germe depuis des mois … Mais pour passer à l’acte, et préparer au mieux le départ, mieux vaut être un minimum organisé . Par ou commencer ?

En fait, qu’on aime la spontanéité, l improvisation totale, ou qu’on soit adepte d’une orchestration au millimètre,  quelques incontournables se présentent.

La destination. Même si certains pays font rêver, ils peuvent être fortement déconseillés, pour des raisons politiques, sanitaires, religieuses, surtout en voyageur indépendant. Attention tout de même aux recommendations et autres Conseils aux voyageurs du ministère des Affaires Etrangères, il faut savoir ne pas sombrer dans la paranoia et la psychose de l insécurité.

Le passeport. Votre sésame, en prendre soin comme la prunelle de vos yeux. Attention à sa validité, et au nombre de pages libres.

Les Visas. Indispensables pour certains pays, inutiles pour d’autres, délivrable à l’aéroport d’arrivée, ou seulement depuis son pays de résidence, gratuits, payants, faciles à récupérer, délivrés au compte-gouttes au prix d’un parcours fastidieux, ils seront votre passe-partout, accompagnés de votre sacro-saint passeport. Attention aux délais d’obtention, à leur validité, que ce soit en durée et en nombre d’entrées-sorties du territoire, et à l impact sur votre budget !!  

Les vaccins. Certains pays peuvent présenter des risques sanitaires et médicaux. Pour plus de renseignemens, se fier au site de l Institut Pasteur . Là aussi, ca peut faire mal au porte-feuilles.

La trousse de secours. Surtout en solo, et même si on a une santé de fer, mieux vaut prendre un minimum de précautions, que ce soit un stupide incident ou un plus gros accident, une mauvaise bactérie ou un plus sérieux virus, il est préférable de pouvoir parer au plus pressé. Là non plus, rien ne sert de tomber dans la paranoia. Il n empeche, ces quelques grammes en plus ne seront pas superflus, et même si vous ne les utiliserez pas pour vous, et il est fort à parier que les médicaments, antibiotiques, pansements, etc que vous emmenerez serviront, pour un possible infortuné compagnon de voyage, ou pour un local , pour qui vous deviendrez un vrai sorcier, un druide, peut etre même un demi-dieu en lui rendant ainsi service 😉 

Les moyens de paiement. Travelers check, carte bleu, liquidités, virements postaux, mieux vaut multiplier les moyens à sa disposition pour faire face à une urgence, ou un besoin ponctuel.

Les moyens de communication. Joindre, et être joint, un impératif, non seulement de sécurité, mais de respect aussi pour ceux qui restent au port, et s’inquiétent, à tort ou à raison. Les nouvelles technologies laissent de multiples options, que ce soit par le développement des réseaux de téléphonie mobile et internet. Un site très utile pour connaitre les compatibilités en bande passante de votre téléphone portable à l’étranger . Blog ou boite de messagerie, via internet café ou son propre ordi portable enfoui dans son sac à dos, plus d excuses pour ne plus donner de nouvelles.

L’appareil photo. La révolution numérique nous facilite bien la tache … Au-delà de l appareil en lui-même, qu’on oublie rarement (mais ca arrive quand même, croyez-moi), il faut penser au chargeur, à l’adaptateur électrique, et aux possibilités de vider sa carte-mémoire et en sauvegarder préalablement le contenu. Perso, j’avais l’habitude de brûler un CD en double, ce qui peut se faire presque partout maintenant, mais cette fois, il est possible que je parte carrément avec mon PC portable … Mais cela devient du luxe.

Les guides de voyage. Les vrais aventuriers ne s’en encombreront pas, mais difficile pourtant de s’en passer, car ces guides sont multi-fonctions : trouver un hébergement, le meilleur moyen d’accèder à tel ou tel site, découvrir en quelques lignes l’arrière-plan historique, social, politique du pays visité, les us et coutumes locaux, un conseil pour une bonne bouffe, etc. Ne serait ce que pour ne pas manquer les incontournables, il n’y a pas de mal à profiter de l expérience de nos ainés ou de nos prédécesseurs. L’écueil consisterait à les prendre comme des bibles, et l’un des défauts est que si vous désirez trouver un peu d’intimité dans votre voyage, n’oubliez pas que ces ouvrages se vendent à des milliers d’exemplaires … Difficile ensuite de se plaindre lorsqu’on se trouve entouré de francais, ou d allemand, ou d anglosaxon …

Le paquetage. Itinérant ou pas, le poids est l’ennemi du voyageur. Car si vous ne devez pas porter votre sac, il se peut que votre franchise pour la soute dans l’avion soit limitée, et cela risque de vous couter très cher si vous la dépassez. Un seul mot d’ordre : packing light, ou l’art de voyager léger. par confort, et en toutes circonstances, je n envisage pas autre chose qu’un sac à dos, de contenance appropriée à la durée du voyage, et que je recouvre d’un sur-sac pendant les transferts. Ce sur-sac protége le sac à dos, des regards, des chocs, de la pluie, soustrait les sangles, fixations, cordons des multiples risques de bris.  J’y adjoins un 2e sac à dos, que je porte en position ventrale quand j’ai le plus gros sur le dos, et qui me sert de fourre-tout léger et pratique dans les déplacements, visites, et autres virées annexes.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :