Horizons Lointains

29/01/2009

The Western Explorer – Tasmania, Australie

Filed under: General — Fanou le Vagabond @ 00:15

Mardi 27 janvier 2009

Ce matin, personne pour me reveiller. Ni cockatoos, ni voisin trop bruyant, même pas le vent ni le soleil, puisque la forêt a joué son rôle de bouclier. Il fait d ailleurs gris, et frais (14°). J ai entamé les 150 km de piste du Western Explorer, dans l isolement le plus total.

Quel spectacle que ces étendues vierges, de forêts, puis de « maquis » local, avec une végétation , et des couleurs inédites pour moi. Un dépaysement complet. Quelques belles montagnes, parfois à nue. Par endroits, les feux de forêts ont dégarni la terre, à d autres endroits, ce sont les exploitations forestières, très actives en Tasmanie.         

08_blog_aus_exp02         08_blog_aus_exp03           08_blog_aus_exp07

 Après quelques heures à avaler de la poussière (grise celle là, en contraste avec le rouge du centre de l Australie), je vais doucement rejoindre Corinna, baigné de soleil, ou il faut prendre un traversier pour passer de l autre coté et continuer la route. Il y a des heures de services, en dehors de ces heures, eh bien il faut attendre, ou faire le détour de 200km pour retrouver Zeehan un peu plus au sud.

C est justement à Zeehan que je vais retrouver le bitume. Mais pas vraiment la civilisation. Un petit village, ou tout est à vendre, même la station essence (il me faudra passer en mode « survivor » et demandé à la quincaillerie du village, seul commerce ouvert ou presque. En plus, pas de signal de téléphone mobile dans le coin, mais un panneau routier l avait spécifié au départ de la route à Marrawah. Mieux vaut ne pas tomber en panne. D ailleurs, ils le stipulent dans l atlas routier : en cas de probleme, rester dans son vehicule, et attendre qu un autre automobiliste passe .. ce qui peut n arriver … que le lendemain ou surlendemain. Quelle aventure … Mais pas de souci à te faire, Melo, tout va bien 😉 Everything is under control .

          08_blog_aus_exp08                    08_blog_aus_exp09

Grosse étape routiére aujourdhui (surtout due à la moyenne horaire très faible sur la Western Explorer), car après m être rendu à Strahan et un petit détour sur la côte (plus hospitalière ici, bien qu elle soit déserte, à part quelques 4×4 qui se défoulent sur la plage), je rejoins finalement Queenstown pour le bivouac. Une cité minière au fond d une vallée, ville étape avant une grande journée de rando demain au parc national du Lake St Clair.

Publicités

Bienvenue en Tasmanie – Australie

Filed under: General — Fanou le Vagabond @ 00:06

Dimanche 25 janvier – lundi 26 janvier 2009

Quand on prend le ferry, on se retrouve dans un autre temps, un temps ou tout va moins vite. Tout commence au petit matin… par une fouille du vehicule. L australie est l un des pays les plus regardant en matière de quarantaine, on ne peut importer n importe quoi dans le pays, on ne peut pas non plus transporter n importe quoi d un état à l autre. C est comme ça …

La tasmanie n echappe pas à cette règle, au contraire, car l ile veut garder son « integrité » et se prevaloir de maladie, d animaux nuisibles, et de je ne sais quoi qui pourrait mettre en danger leur santé, leur équilibre écologique, et leur économie.

Alors voila, premiere fouille du vehicule sur le port de Melbourne, qui sera complétée, bien sur, d une deuxieme fouille à l arrivée, au cas ou, pendant la traversée, vous auriez péché deux ou trois thons, merlus, récolté quelques pommes infectées, ou capturé, et domestiqué un renard (il n est pas bon être un renard en Tasmanie …)

08_blog_aus_dev01          08_blog_aus_dev02          08_blog_aus_dev03

Ensuite, il faut attendre l embarquement, attendre l appareillage, prendre son mal en patience pendant la traversée, puis attendre de pouvoir regagner son véhicule, attendre de pouvoir quitter le navire, et enfin attendre de passer cette station de quarantaine bien illusoire, puisque je suis passé à travers les mailles de leur filet (l officier était bien trop occupé à conseiller au chauffeur du véhicule qui me précédait les meilleurs coins de l ile), important donc au passage sur l ile 2 douzaines de pommes avariées, des bananes bien avancées, et surtout porteuses de germes infectieux pour les dents mal brossées, quelques poissons même pas panés mais super dangereux car carnivores, un couple de renards sauvés par Noé lors des inondations du Queensland , et une bonbonne de combustible pour BBQ.

Bon, allez, je me déchaine un peu contre ces autorités de quarantaine car c est une véritable paranoia ici, et le danger ne vient plus de l espace ou des hauts plateaux de l afghanistan ou pullulent les Talibans, mais de la pomme que vous allez innocemment vouloir croquer … loin de l endroit ou elle a été produite.

08_blog_aus_dev04          08_blog_aus_dev05          08_blog_aus_dev06

J ai donc pu me reposer, c était finalement l intérêt pour moi de prendre le ferry. Une journée sans conduite, sans carte, sans kangourou qui pointe son nez au milieu de la route pour me faire coucou.

Après le débarquement et l interminable passage à la station de quarantaine, j ai déniché un petit camping sympa à quelques kilomètres de Devenport (LaTrobe) , ou les 5 occupants ne vivaient que pour le match de tennis de Dokic qui était retransmis sur la minuscule TV du coin cuisine BBQ.

08_blog_aus_dev07               08_blog_aus_dev081               08_blog_aus_dev09

Le lendemain, c était Australia Day, la fête nationale australienne. Mais pas pour moi. Alors j ai pris la route, plein Ouest. Belle route touristique le long de la côte Nord Ouest, avec un petit bonjour aux (petits) pinguoins de la plage (de galets comme à Juan les Pins) de Lillico, quelques beaux panoramas dans le Parc National de Rocky Cape, l ascension du rocher « Nut » (la noisette) à Stanley, avant de rejoindre la côte Ouest, ou j ai été impressionné par la fureur de l ocean, malgré un temps très calme.

Je n imagine même pas ce que ca doit donner en cas de coup de vent, et encore pire de tempête. On se trouve ici au niveau des 40e rugissants, et si la terre était plate, la première terre en vue à ce niveau serait .. l argentine !!! Sur la plage, d ailleurs, un peu plus au sud, des milliers de débris sur la plage, vestiges de tempêtes. Pas de baignade ici, ou bien on revient déchiqueté 🙂 . Ils ont d ailleurs baptisé cet endroit « the edge of the world », et ce n est pas usurpé, c est vraiment l impression que ça donne.

08_blog_aus_exp011          08_blog_aus_exp06          08_blog_aus_exp04

Le soleil tombant, j ai opté pour une nuit de camping sauvage, au niveau de Couta Rocks, mais en retrait de la côte, balayé par des vents incessants et étourdissants. Ma tente n aurait pas tenu le choc. Je me suis donc replié dans une forêt d Eucalyptus, au milieu de nulle part, car au début d une route très peu fréquentèe sur l ile, la Western Explorer.

28/01/2009

Wilsons Promontory and Yarra Ranges NP – VIC, Australie

Filed under: General — Fanou le Vagabond @ 23:57

Vendredi 23 janvier – samedi 24 janvier 2009

Tout a bien commencé en cette nouvelle journée. Bonne nuit de camping sauvage, grand ciel bleu au réveil, et je me rends dans le Parc National de Wilsons Prom. Sur la route, je croise des kangourous, encore mal réveillés (comme moi), des émeus, un echidna (euh, c est le terme anglais ) et les paysages sont vraiment magnifiques.

08_blog_aus_wpr01          08_blog_aus_wpr02          08_blog_aus_wpr03

Je chausse les baskets, et pars me promener le long de Whiskey Beach, puis de Picnic Beach, puis de Squeaky Beach, puis de Tidal River. Je décide ensuite de m attaquer à un morceau plus conséquent, avec la montée de Mt Oberon, sur 4 km d ascension. Au sommet, un panorama à 360° du promontoire, c est l extase.

08_blog_aus_wpr04          08_blog_aus_wpr05          08_blog_aus_wpr06

Quand je reviens au stationnement, c est moins l extase. Le pneu arrière gauche est (encore) dégonflé … trois fois déjà que je le regonfle. Mouais, crevaison lente, ca va finir par crever. Je décide de changer la roue, et là, surprise, la roue de secours a une belle rustine, preuve d une crevaison passée. Ça va vraiment pas le faire, surtout que je pars dans 2 jours pour 2 semaines en Tasmanie, et autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas censé aller là bas avec ma voiture de loc … une histoire d assurance, d assistance. Mais bon, j ai fait bien pire (je n avais pas non plus le droit d aller en Northern Territory, mais je ne me suis pas gêné, c est un risque mesuré), alors ce petit détail n allait pas me faire changer mon programme. Qu’un ouragan m en empêche, oui, mais juste une ligne sur un contrat de location, non.

Je décide donc de remonter en urgence sur la banlieue de Melbourne pour trouver une solution à cette crevaison lente dans une agence Avis. En plus, j a dépassé les 10 000 km, et je ne sais pas si une révision s impose. Autant prévenir que guérir, et pour le coup avoir de gros ennuis en tasmanie.

Je trouve une agence à Dandenong, à 30 km au sud de Melbourne, et ils décident de me changer de voiture. Merci Avis. Me voila donc avec une autre Toyota Corolla, mais cette fois toute blanche, toute propre, presque toute neuve, mais hatch back (à hayons, 5 portes) à la place de sedan (4p). Pas bien grave, le coffre est plus petit mais j y case sans probleme tout mon barda. La manœuvre aura quand même duré une heure et demie.

Sous un soleil de plomb, je décide ensuite d oublier Philip Island et ses pingouins. Le trafic vers le sud est à la limite de la saturation. C est la fin de semaine, et une fin de semaine spéciale, puisque lundi est Australia Day, et tout le monde a congé pour la fête nationale. Les citadins fuient donc Melbourne et sa banlieue pour partir au soleil . J avais d ailleurs remarqué le trafic dense qui descendait vers les plages quand je remontais depuis Wilsons Prom, j ai donc préféré ne pas me mêler à la cohue, et j ai opté pour une solution au Nord Est, avec la vallée de la rivière Yarra et Yarra Ranges National Park.

Je campe à Yarra Junction, sur le bord de la rivière, au pied des Eucalyptus. Il faut d abord nettoyé les dégats laissés par la tempête de la veille, certaines caravanes ont d ailleurs le toit percé par une branche, des tentes sont déchirées. Mais la tempête est passée. Il pleuvra quand même encore cette nuit, avec quelques orages, mais bien moins violents.

08_blog_aus_wpr07               08_blog_aus_wpr08               08_blog_aus_wpr09

Au matin, je pars me balader dans les Yarra Ranges, avec des arbres gigantesques, et des lacs-barrages qui en fait alimentent Melbourne en eau potable (Maroonah Reservoir par exemple). Passage à Healesville, et doucement je me rapproche de Melbourne, que j attendrai dans la soirée. Atmosphère plutôt calme, les Melbourniens sont presque tous partis en weekend, il ne reste que Tsonga, Federer, et compères mais je ne les trouverai pas pour aller taper quelques balles ou boire un verre (de Gatorade).

Gibbsland – Victoria, Australie

Filed under: General — Fanou le Vagabond @ 23:47

Jeudi 22 janvier 2009

Ce jeudi (enfin bon, il parait) , je vais sans m en rendre compte braver les éléments, et passer au travers de pas mal d ennuis. Je devais regagner Melbourne pour samedi soir, ça me laissait 2 jours et demi pour faire le trajet et m arrêter au moins à Wilson Promontory, et si possible à Philip Island. J ai donc filé à la « stéphanoise » 😀 plein Ouest, sur la Princes Highway. Chemin faisant, je me disais que, tout de même, le vent soufflait fort dans ce pays (rares sont les jours ou il s est calmé depuis que je suis arrivé. Dans le désert, sur la côte, même combat …)

08_blog_aus_wdn01          08_blog_aus_wdn02          08_blog_aus_wdn03

Et en plus du vent, les orages se succédaient, dans une température encore étouffante par moments, puis franchement frisquette par d autres. Quelques branches au milieu de la route (ça ou un cadavre de kangourou, il faut rester vigilant 🙂 ) , un peu de grêle, des pertes de contrôle routier ici et là. Après une longue traversée d un désert de forêts d Eucalyptus, petit détour côtier au niveau de Cape Conran (au large d Orbost), et j ai finalement rejoint Lakes Entrance. Balade sur la plage, mais le sable volait partout, et même mes tranches de pain de mie s envolaient alors que je préparais mon pique nique du midi (plutôt 15h, d ailleurs). Non mais !

08_blog_aus_wdn04          08_blog_aus_wdn05          08_blog_aus_wdn06

Arrivé à Sale, un peu plus loin à l Est, j ai finalement mis la radio, récupéré la fréquence d ABC (l équivalent Australien de la BBC). Et ô surprise, sur les ondes se succédaient des avis de vigilance extrême, d’urgence parfois, des comptes rendus de départs de feux dus à la foudre, de routes coupées , de foyers sans électricité , dans la zone de .. East Gibbsland, Orbost, Bairnsdale … juste sur mes talons ! La Princes Highway était d ailleurs complètement coupée à la circulation à Orbost, ou j étais passé … pas plus tard que deux heures plus tôt. Ça chauffait sérieux sur mes arrières.

Tout heureux d échapper à l apocalypse (enfin bon, n exagérons rien, le coup de vent à cessé dans la soirée, et tout est rentré dans l ordre le lendemain matin), je me suis réfugié à Waratah Bay, pas loin de l entrée du parc national de Wilson Prom, ou le ciel m a d ailleurs gratifié d un beau coucher de soleil, en clin d œil à cette journée mouvementée.

Jervis Bay and the Sapphire Coast– NSW, Australie

Filed under: General — Fanou le Vagabond @ 23:39

 

Mardi 20 janvier  – Mercredi 21 janvier 2009

 

Ce mardi, j ai quitté Willongong en milieu de journée, et j ai suivi la côte le long de Grand Pacific Drive, en direction de Jervis Bay. Une mention spéciale pour Kiama, avec son phare et le fameux Blowhole, dans lequel l eau s engouffre et est propulsée à plusieurs mètres de hauteurs avec un souffle violent (en théorie, la marée était basse quand je suis passé, ça a bien souflotté une ou deux fois, mais … L ) , et pour la longue et belle plage de sable fin de Seven Mile Beach.

 

08_blog_aus_gpd01          08_blog_aus_gpd02          08_blog_aus_gpd03

 

Je suis arrivé en fin de journée à Huskisson, au cœur de la baie de Jervis , ou j ai passé la nuit. Du coté du ciel, ça s est gaté. Après des semaines de soleil, le ciel s est progressivement et dangereusement assombri , avec de belles accumulations de nuages sur les montagnes cotières. Et ce qui devait arriver .. arriva. Ca a pété, et ça a même bien pété. La température ne descendait pas, 26° vers 22h,  stable même quand des pluies diluviennes ont accompagné les orages. Spectacle garantie, ciel zébré d éclairs, et pétarade assourdissante (la foudre n est vraiment pas tombé loin à quelques occasions). Je me suis d ailleurs réfugié dans la voiture et j ai regardé la nature montrer de quoi elle est capable, bien au sec derrière la vitre.

 

 08_blog_aus_gpd04          08_blog_aus_gpd05          08_blog_aus_gpd06

 

Le mercredi au réveil, le calme était revenu, une certaine fraicheur aussi. J en ai profité pour aller faire un petit footing sur les rives de St Georges Basin près de Sanctuary Point, avant de reprendre la route vers le sud.

  

 08_blog_aus_jby01          08_blog_aus_jby02          08_blog_aus_jby03

 

 

Arrêt à Hyams Beach, la plage au sable le plus blanc du monde d après les panneaux (ici la mer(e) (denis) lave plus blanc que blanc). Sur cette plage, j ai approché deux dauphins, ou plutôt deux dauphins m ont approché, à une quinzaine de mètres, alors que je me baignais. Les gens ont d abord crié « Shark, Shark », et tout le monde est sorti précipitamment de l eau, avant de se rendre compte que la nageoire et l aileron était ceux d un dauphin. Encore un coup d adrénaline, cette fois ce n était pas à cause d un kangourou au milieu de la route, mais … d’un dauphin. (ou plutôt deux) dans l eau de mon bain.  J

 

08_blog_aus_jby04          08_blog_aus_jby06          08_blog_aus_jby05

 

Jervis Bay est d ailleurs un sanctuaire de vie marine (Parc National terrestre et maritime), et il n est pas rare de voir des dauphins et même des baleines quand c est la saison (plus tard dans l année).

 

Remis de ces émotions, j ai avalé les kilomètres , (bah, pas tant que ça, 400 au total dans la journée, j ai vu pire 😉 ) dans une atmosphère étonnante. Le thermomètre ne va en effet pas arrêter de jouer au yoyo, passant en l espace de quelques minutes de 25° à 37° puis redescendant à 28, avant de remonter à 37, et subitement tomber à 19, suivant que la route longeait la côte, ou s enfonçait de quelques kilomètres dans les terres. La dernière chute est à mettre sur le compte d un nouvel orage (ils se sont d ailleurs ensuite succédés en fin de journée, et pendant les deux jours suivants).

 

08_blog_aus_jby07                    08_blog_aus_jby08

 

Mercredi soir, j ai finalement campé à Mallacoota, peu après avoir passé la frontière entre l état de New South Wales et celui de Victoria, sur la côte « sauvage » (ils parlent ici de « Wilderness Coast »). Répit au niveau du ciel, mais celui-ci sera de courte durée …

 

 

Older Posts »

Propulsé par WordPress.com.